Tanulmányok

Közlemények

Megemlékezések

Események
Szerkesztőség
Események, tájékoztatók

Konferenciák

Könyvismertetések

Rezümék
Szerkesztőség
Angol rezümék
Szerkesztőség
Német rezümék
Szerkesztőség
Francia rezümék

2006. ÉVFOLYAM - 3-4. SZÁM

Szerkesztőség: Francia rezümék



1. Mária Hornyák : L’éducation du Comte Teleki à la fin du XVIIIe siècle. Un enfant né dans une famille de la haute noblesse hongroise, Imre Teleki reçoit l’éducation particulière de l’aristocratie. A base des conseils soignés d’Imre Teleki père, le jeune comte maintient des rapports excellents avec István Konnert, d’abord son précepteur, ensuite son conseiller. L’étude démontre le développement de la personnalité du jeune Teleki, processus caractéristique de l’éducation dans le milieu aristocratique de la Transylvanie du XVIIIe siècle. Par la suite, l’auteur présente la carrière postérieure du comte, ainsi que les changements négatifs dans sa personnalité au cours des dernières décennies de sa vie. L’ouvrage est basé sur des sources remarquables, récemment découvertes, et jusqu’à présent partiellement inconnues aux chercheurs. L’étude est l’un des écrits démontrant les résultats des recherches de personnalité de Mária Hornyák.

2. Zoltán Tatai : Veronika Tikos, une jeune institutrice consciente au début du XXe siècle. Par rapport à l’histoire de l’éducation européenne, c’est relativement tard que les femmes hongroises font leur entrée dans la carrière pédagogique. Il est bien ainsi dans les villages, où la tradition exige que les instituteurs ne puissent être que des hommes, car leur tâche consiste en des devoirs ecclésiastiques aussi pour soutenir le travail du prêtre ou du pasteur. L’auteur présente la vie et la carrière d’une institutrice, qui est consciente de se charger des conflits provenant de sa qualité de femme en opposition et des autorités mondaines et celles de l’Eglise. Cependant, les préjugés de la société (micro et macro) d’une domination masculine forcent la protagoniste principale d’abandonner sa carrière sa carrière d’institutrice, cas typique de son temps d’après l’auteur, mais elle ne renoncera jamais à sa profonde conviction.

3. Imre Lipcsei : L’histoire « des écoles primaires supérieures » de la région de Békés dans les années 1920-30. Il est possible de donner une définition chronologique de l’existence « des écoles primaires supérieures » hongroises : ces écoles, consacrées à l’éducation secondaire, fonctionnent en Hongrie entre 1868 et 1948. L’étude présente le réseau d’« écoles primaires supérieures », ainsi que le fonctionnement et les changements de ces écoles, dans une région principalement agricole au sud-est du pays. C’est une lutte constante des agglomérations de quelques milliers d’habitants de créer et de maintenir « des écoles primaires supérieures », assurant l’enseignement des élèves qui ne se préparent pas de carrières intellectuelles. Le fonctionnement de ces écoles garantit aux enfants de la région la possibilité de poursuivre des études supérieures dans les villes. Grâce aux données statistiques de cette étude, nous comprenons mieux la situation et l’enseignement « des écoles primaires supérieures », qui se situent loin des régions centrales de la Hongrie.

4. József Martinkó : Des chapitres de l’histoire du soin du talent en Hongrie. Bien que la pratique pédagogique du soin du talent ait des racines médiévales en Hongrie, il faut attendre le XXe siècle pour son emploi étendu. L’auteur présente les pédagogues chercheurs et les pédagogues pratiquants, qui sont considérés comme les figures les plus marquantes des domaines nationaux du soin du talent. L’étude éclaircit les traits caractéristiques des six phases (périodes) du mouvement, se rattachant à des périodes différentes de l’histoire de la Hongrie. A la fin de l’ouvrage, l’auteur démontre brièvement les associations et les institutions qui soutiennent par profession le soin du talent ces jours-ci.

5. László Harangi : L’éducation au Japon pendant la période Tokugawa (1603-1867). Dans un premier temps, l’auteur de l’étude présente la situation actuelle du Japon, soulignant le rôle accroissant du pays d’un point de vue économique dont les causes historiques sont à chercher dans la structure sociale du Japon aux 17e-19e siècles. Dans un deuxième temps, il nous fait connaître l’éducation des diverses périodes de cette époque historique bien caractéristique. Un chapitre entier est consacré à l’éducation des samouraïs et des classes de la noblesse, avec un accent particulier sur les écoles de shogun, celles de diverses seigneuries et celles des systèmes sankin-kôtai et shijuka. La formation et l’éducation des enfants d’origine des classes moyennes ont également eu lieu dans des écoles. A la fin de la présente étude, l’auteur nous offre à lire un extrait d’une de ses sources, du Chemin menant à la satisfaction de Kaibara Ekken.

6. András Szécsényi : Les retentissements au parlement et dans la presse contemporaine de la proposition de loi sur la fondation de l’Université Royale des Sciences Polytechniques et Economiques de Hongrie « József Nádor ». Pendant la première moitié des années 1930, la Hongrie, en proie à un effondrement économique, s’est vu contrainte de restructurer son système de formation supérieure. L’auteur de l’étude présente le processus de la réorganisation et de la centralisation des universités et facultés universitaires de Budapest, en s’appuyant sur les textes des débats parlementaires et des articles parus dans certains journaux contemporains. Tandis que le gouvernement favorisa, l’opposition contraria la fusion des institutions ayant jusque-là fonctionné séparément. Finalement, la volonté du gouvernement en prit le dessus, ce qui eut pour conséquence la création d’une université centralisée.

7. Ilona Mészáros : La naissance de la formation secondaire dans une ville du Nord de la Hongrie. Avant les années 1990, Ózd fut un centre industriel important grâce à sa situation dans l’histoire de l’économie du 18e siècle. A cette époque-là, pour servir la classe ouvrière, de plus en plus nombreuse, vivant dans ce conglomérat constitué de plusieurs petits villages, de nombreuses écoles de formation spécialisée ont été créées qui, durant le 20e siècle, ont intégré d’autres domaines de connaissances ou changé entièrement de profil et sont devenus ainsi des institutions de formation en sciences humaines. L’auteur de la présente étude rappelle que parallèlement à la perte du potentiel en demande de main-d’œuvre de la ville d’Ózd ressentie depuis une dizaine d’années, de graves problèmes et une forte tension se présentent au niveau des questions concernant l’éducation.

8. Zoltán Miklós : Les spécificités du contenu et de la méthode de la formation à l’Académie Ludovika. Durant le 19e siècle et jusqu’à la première moitié des années 40 du 20e siècle, l’Académie Ludovika fut le haut lieu de la formation des officiers en Hongrie. L’auteur de l’étude se propose de présenter et d’analyser, en s’appuyant sur des documents contemporains à la période examinée, le travail éducatif, ainsi que la culture des méthodes de formation et d’éducation en vigueur dans l’institution en question. Il conclue que les enseignants ont mis en œuvre de nombreux procédés pédagogiques qui prenaient en considération non seulement les matières militaires enseignées, mais aussi les étudiants. Avec l’approche de la Seconde guerre mondiale, la qualité de l’éducation offerte par l’institution a baissé en faveur de la rapidité de la formation.

9. Ottó Derzsi : Deux anniversaires de 60 ans – et tout ce qui est derrière. Pendant la période de l’entre-deux-guerres, le mouvement de jeunesse le plus important fut celui du scoutisme. Après 1945, son fonctionnement est devenu perturbé ayant pour cause première la naissance d’un autre mouvement de jeunesse, celui des pionniers, répondant aux aspirations des nouvelles autorités au pouvoir et, par conséquent, à la nouvelle structure sociale. L’auteur de l’étude, ancien animateur au sein du mouvement de scoutisme, esquisse une sorte de chronique des dernières années de l’existence de l’Alliance des scouts et de la fusion contrainte des deux mouvements, en nous invitant en même temps à une harmonisation des points de vue en faveur du mouvement de scoutisme existant de nouveau depuis le début des années 1990.

10. Székely Lajos: Les luttes politiques pour la jeunesse, il y a 60 ans. L’auteur retrace ses souvenirs personnels se référant à la lutte pour la survie du scoutisme après 1945 qui voyait disparaître au fur et à mesure les différents mouvements de scoutisme, surtout ceux à caractère religieux, pour laisser le terrain à l’organisation des pionniers qui fonctionnait comme mouvement pour enfants.  Il s’étale aussi sur les péripéties qu’il a dûes rencontrer dans sa vie dont les conséquences n’étaient pas tolérées du tout par le nouveau pouvoir.

11. Ugrai János: L’association Hongroise Comenius a 20 ans. L’association est liée à l’ancien lieu d’activité de Comenius, à Sárospatak où se trouve le corps enseignant de l’École Normale Supérieure. Ces membres entretiennent et approfondissent, à travers des éditions, le culte de l’œuvre de l’éponyme en assistant et participant régulièrement aux différentes rencontres et conférences scientifiques.
L’auteur met à la disposition du lecteur le résumé d’un travail d’une décennie.

12. Kelemen Elemér: Célébration de l’anniversaire de l’histoire de la pédagogie (2007-2010). La célébration de cet anniversaire met particulièrement en relief les événements remarquables de l’histoire de la pédagogie universelle, pour mémoire et en tant que support au profit des organisateurs et participants ainsi que pour sensibiliser les chercheurs.  

13. Kovács Zsófia: L’enseignement dans les années cinquante.  Nouvelles tendances pour l’interprétation de l’histoire de la pédagogie de cette époque. Les pensées scientifiques apparues précedemment sur l’époque des années 50 ont été présentées dans un nouveau visage lors de la conférence traitant de la politique de l’enseignement dans les années 50 et de sa pratique dans les écoles, organisée communément par la Sous-commission chargée de l’Histoire de la pédagogie et attachée au Conseil Pédagogique de l’Académie des Sciences de Hongrie et la commission de travail de l’histoire de la pédagogie de Pécs relevant aussi de la même Académie.

14.Tölgyesi József:  L’école Supérieure Kodolányi János de Székesfehérvár a eu l’opprtunité d’organiser au niveau de la direction de la formation de Fürstenfeld, en Autriche, la première Conférence Internatinale sur l’Histoire de la Pédagogie, intitulé: « L’enseignement de la Monarchie Austro-Hongroise dans l’espace et dans le temps ».

15. Trencsényi László: „l’union entre l’association des scouts Hongrois et  le mouvement des pionniers” en 1948. ( Présenté par Kiss András)

16. Trencsényi László:  « Voies et actions ».  Apports à l’histoire du mouvement scoutisme Hongrois. (Présenté par Nagy Andor József)

17. Tatai Zoltán: L’éducation de la communauté. (Études, interviews, mémoires)
(Présenté par Réthey Prikkel Lajos)

18. Kovács Mihály: Öveges József. (Présenté par Varga József)

19. Albert B. Gábor: Points cruciaux et et déplacement de l’accent. Les livres d’histoire du cycle de l’enseignement moyen au temps de Horthy. (Présenté par Czakó Kálámán)

20. Mann Miklós: Les ministères hongrois de l’enseignement, 1848-2002. (Présenté par Tölgyesi József)

21. Zsigmond Anna: L’Amérique : Société et enseignement. Moments marquants dans la politique américaine de l’enseignement. (Présenté par Kéri Katalin)

22. Hornyák Mária: Brunszvik Teréz et les premières écoles maternelles dans le nord de la Hongrie (La Hongrie sepentrionale, Besztercbánya, Pozsony, Nagyszombat). (Présenté par Gyetvai Judit).

23. Popély Gyula: Les adieux dans les écoles supérieures. L’enseignement supérieur et le peuple hongrois dans le nord de la Hongrie (1978-1945). La classe intellectuelle des jeunes hongrois et la recherche de sa voie. (Présenté par Szente Viktória)

24. Karády Viktor: L’université française de Napoléon à Vichy. (Présenté par Szente Viktória).

25.  Jozef Frarno: Bél le savant, récit sur Mátyás Bél et son époque. (Présenté par Havasi Béla).

26. Farkas István: Les systèmes scolaires à Erdély jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. (Présenté par Tölgyesi József)





Készítette